Pléonasme : définition et synonymes

Qu'est-ce qu'un pléonasme ?

Un pléonasme est la répétition consciente ou inconsciente d’une idée ou d’un terme qui a déjà été exprimé. Lorsque la répétition est inconsciente, on parle de périssologie. Lorsqu’elle est consciente ou volontaire, elle constitue un recours stylistique pour mettre en relief un mot ou une idée.

Le pléonasme est une figure de style fréquemment utilisée dans la littérature où il sert d’outil pour donner de la force à ses idées. Par exemple, Je l’ai vu le faire de mes propres yeux.

Quoique grammaticalement redondant, le pléonasme est une figure de construction qui sert parfois à clarifier, à mettre en relief ou même à désambiguïser certains énoncés.

Exemple : - Le policier a amené l'enfant agressé à sa maison à lui, Le pronom personnel lui vient désambiguïser la proposition, sans ce pronom, on ne saurait pas si le policier a amené l'enfant agressé à sa propre maison ou à la maison de l'enfant.

Synonymes du pléonasme

Le terme pléonasme a pour synonymes ou quasi-synonymes : battologie, périssologie et tautologie. Il est cependant important de nuancer ces termes. On parle de battologie lorsqu’il y a répétition de manière absurde de mêmes idées par des mêmes mots.
Par ailleurs, on parle de périssologie lorsque la répétition est inutile, mais elle est destinée à produire un effet de style ou à insister sur une idée.

On parle de tautologie lorsqu’il y a répétition de la même idée par des termes différents. Cette répétition peut concerner la même proposition ou deux propositions qui se suivent.

Exemple : - Au jour d'aujourd'hui, on ne parle que d'argent.

Un pléonasme peut constituer une figure de construction, dans ce cas, il est utilisé de forme prémédité et sert à mettre en relief une idée.

Exemple : - Je l’ai vu le faire de mes propres yeux. Dans cette phrase, le mot yeux est utilisé deux fois, il est présent dans le verbe voir, il l'est également à la fin de la proposition. Il est répété pour insister sur le fait qu'on a réellement vu quelqu'un.

Un pléonasme peut être vicieux, c’est-à-dire, il est dénué de toute utilité. Dans ce cas, il constitue une négligence à éviter, car il enfreint au bon usage de la langue et rend l’énoncé redondant.

Exemple : - Reculer derrière. - Monter en haut. - Prévoir à l'avance.