Staline : biographie et ascension politique

Qui fut Staline ?

De son vrai nom Joseph Vissarionovitch Djougachvili, Staline est un homme politique russe. Il domina la politique russe durant plus d’un quart de siècle. Il est né le 21 décembre 1878 à Gori en Georgie dans une famille d'anciens serfs, pauvres et sans éducation.

Cependant, il y a un extrait de naissance en son nom, originaire d’Ossélie qui indique la date du 18 décembre 1878. Ses parents bénéficièrent de l’abolition du servage en 1861. Son père, cordonnier, étant devenu alcoolique, sa mère décida de l’élever seule et voulut qu’il soit prêtre.

Staline entre au séminaire orthodoxe de Tiflis (Tbilissi) à l'âge de quinze ans, mais il s’intéressa beaucoup plus au marxisme et fréquente les milieux marxistes et socialistes. Il finit par être renvoyé du séminaire pour absentéisme, manque d'assiduité et des lectures interdites.

Il se sert de ses talents d’orateur aiguisés au séminaire au service du Parti ouvrier social-démocrate de la Russie auquel il adhère en 1898 par l’entremise d’une branche locale.

Il fut arrêté et condamné pour trois ans d’exil en Sibérie en 1902 pour militantisme politique. Il s’évada en 1902 et reprend ses activités. Il se rencontra avec Lenine pour la première fois en 1905, dont il deviendra un partisan.

Ascension politique sous un fond d’arrestations successives

Surnommé Koba au sein de la mouvance bolchevique du Parti social-démocrate. Sous la bénédiction Lénine, Djougachvili participe activement dans des hold-up destinés à remplir les caisses de la révolution en 1906. Il passe par une période d’arrestations et d’évasions successives entre 1908 et 1912. Il est à nouveau surnommé Staline, homme d’acier.

En 1912, il fut son entrée au Comité central bolchevique, à l’occasion de la VIe Conférence de Parti ouvrier social-démocrate de la Russie.

Lénine lui confie le journal révolutionnaire la Pravda. Staline s’impose comme un spécialiste des nationalités au sein du Parti, grâce notamment à son ouvrage - "Le Marxisme et la question nationale".Arrêté de nouveau et déporté à Touroukhansk 1913, Staline retrouve la liberté grâce à la révolution de 1917.
Le rôle de Lenine dans la politique russe

La révolution de février 1917 conduit à la libération de Staline et de facto, sa reprise des activités politiques. Il rejoint les cadres de la mouvance bolchevique et reprend sa plume au Pravda en mars 1917, un mois à peine après sa libération. En avril 1917, Staline est élu membre du Comité central.

En accord avec Lenine, Staline rompt avec les mencheviks et participe activement à la Révolution d’octobre 1917. Staline réussit dans toutes les missions qui lui sont confiées. Ce succès est dû notamment à sa manière d’agir forte, radicale et sans états d’âme.

C’est de cette manière qu’il récupère les récoltes dans la région de Tsaritsyne (actuel Volgograd), il arrive à maintenir l'ordre à Saint-Pétersbourg. Il rejoint les cadres de la mouvance bolchevique et reprend sa plume au Pravda en mars 1917, un mois à peine après sa libération.

C’est durant l’époque des agitations politiques que comme le malentendu avec Trotsky et plus tard avec Lenine. Avec Lenine, il est question de nationalités, Staline ne considère pas tellement les identités nationales, ce qui favorise la domination russe notamment dans son projet d’État fédéral. Ce qui choque avec l’égalité entre les peuples, prônée par Lenine, lequel se méfie désormais de lui.

En 1922, Lenine affaibli par une attaque, écrit une longue lettre au Comité du Parti, dans laquelle il invite celui-ci à se méfier de Staline qu’il qualifie de trop brutal, accumulateur de pouvoir et propose son remplacement au secrétariat du parti par quelqu’un de plus tolérant, plus loyal, plus poli, plus attentif envers les camarades. Heureusement pour Staline, le Comité ne tient pas compte de cette lettre.

Peu après la mort de Lenine le 21 janvier 1924, une lutte sans merci se déchaîne entre Trotsky, organisateur de la révolution d’octobre et organisateur de l'Armée rouge ; Staline, le secrétaire du parti, mais aussi Zinoviev, le président du Komintem.

La situation politique de l’URSS n’est pas stable après la disparition de Lenine. Même si Staline est éloigné de tout poste officiel jusqu’en 1941, il a su profiter de son passage au secrétariat du parti pour placer les gens de sa confiance dans des postes clé du pays.

Ainsi, il arrive à éliminer tour à tour ses adversaires par le biais de son positionnement tantôt à gauche tantôt à droite. Il a fait tomber successivement tous ses alliés : Trotsky, Zinoniev, Boukharine et Rykov. Il s’est ouvert alors un boulevard vers le trône.

Joseph Staline recourt à son talent d’orateur, il utilise un discours simple pour attirer les nouveaux adhérents au parti. Il se dit le véritable successeur orthodoxe d’héritage de Lenine.

Joseph Staline élimine tous ses adversaires et s’empare du pouvoir en 1929, occupant tous les postes stratégiques. Joseph Staline élimine tous ses adversaires et s’empare du pouvoir en 1929, occupant tous les postes stratégiques. Ainsi, il devient le "vojd" (le guide), c’est le début du culte de la personnalité.

Joseph Staline impose sa politique, il suprême la Nouvelle politique économique (NEP), il met en place la collectivisation de masse, les kolkhozes. Il veut industrialiser le pays à un rythme accéléré. Il veut s'appuyer sur un large effort du monde paysan. Mais ce dernier n'adhère pas avec enthousiasme à cette nouvelle économie.

Il veut industrialiser le pays à un rythme accéléré. On dénombre à la fin des années 1930, entre 600 000 et 700 000 personnes exécutées, entre 5 et 10 millions de prisonniers politiques.