Définition de zombi

Qu'est-ce qu'un zombi ?

Un zombi est un revenant au service d’un magicien ou d’un sorcier. Le phénomène zombi est une punition qu’on inflige à un individu pour lui faire payer un délit qu’ il aurait commis. Le zombi est une pratique ancestrale haïtienne qui se perpétue jusqu’aujourd’hui. C’est une punition plus rude que la mort, car on fait perdre la mémoire de la victime et on fait de lui un esclave inconscient à perpétuité.

Le vrai zombi existe-t-il ?

Les zombis haïtiens existent réellement, contrairement aux zombis hollywoodiens actuellement à la mode et qui s’en sont inspirés. Le zombi haïtien, lui, il a été empoisonné et sa mort stimulée dans un processus d’empoisonnement et de réanimation. Le zombi hollywoodien est un zombi fantasmé, imaginé et sans explication anthropologique et sociale. Tel est le cas de la série télévisée “La nuit des Morts-Vivants de Géorge Romero. Il s’agit simplement de la fiction cinématographique.

Création de zombis (zombification) en Haitie

En amont du processus de zombification, la personne à zombifier est prévenue à l’issue d’un jugement organisé par le tribunal d’une société sécrète. Ce qui n’est pas le cas lorsqu’il s’agit d’un règlement de compte entre deux personnes.

Le processus de zombification ou création de zombis en Haitie commence par un empoisonnement à la tétrodotoxine, suivi des cérémonies occultes. La tétrodotoxine est un neurotoxique qui a une activité sur les terminaisons nerveuses. La personne droguée à la tétrodotoxine devient comme mort après quatre ou cinq heures,. Elle a une basse température corporelle, son cœur bat très lentement et respire très légèrement. Ce qui donne l’impression d’une personne morte, car les signes d’un mort sont présents.

Selon Philippe Charlier (Le lombard, 2017), la personne apparemment morte est consciente de tout ce qui se passe à ses funérailles, mais il est incapable d'agir. Ses terminaisons nerveuses sont neutralisées par la tétrodotoxine. Elle n'est pas morte c'est pourquoi on évite de l’embaumer.

Après l’ensevelissement, à la nuit tombée, on vient chercher le soi-disant mort et un véritable processus de réanimation commence. On le met la tête en bas pour accélérer le flux du sang vers le cerveau et on le flagelle pour assouplir la rigidité musculaire. Ensuite, on lui fait boire un ou plusieurs antidotes pour neutraliser la tétrodotoxine.

Une fois réanimé, le zombi est drogué une fois de plus à la benzodiazépine et d'autres psychotropes utilisés pour soulager les psychiatres, ou on le prive tout simplement de consommer du sel pour l’empêcher de reprendre ses états et on lui change de prénom. Ce zombi devient esclave au service d’un des membres appartenant à la société occulte : le Lombard.

Il arrive des fois que certaines personnes zombifiées échappent à leurs bourreaux. Lorsque cela arrive, il y a d’autres problèmes qui se posent : le problème de la réintégration dans la communauté et le problème de la reconnaissance civile, car elles ont déjà un certificat de décès.

Sortes de zombi dans la société haïtienne

Zombi
illustration des textes de Philippe Charlier par le dessinateur Richard Guérineau. Le Lombard

À part le zombi toxique dont l’on vient d'évoquer, il existe d’autres types de zombi – le zombi psychiatrique et le zombi social.

Zombi psychiatrique

Un zombi psychiatrique est une personne qui est persuadée qu’elle est passé de la vie à la mort et qu’il est revenu pour hanter les gens. C’est une pratique exclusivement de la religion vaudou, dans laquelle un zombi pense avoir dîné et goûté avec Baron Samedi et dame Brigitte (esprit de la mort et de la résurrection et sa chère épouse, esprit protecteur des cimetières). Cette personne est convaincue que sa mission comme revenant, est d'hanter gens.

Zombi social

Un zombi social est un zombi qui vient occuper une place restée vide dans une famille, suite à la disparition d’un membre important. En effet, le Haitie est un pays situé dans une zone en proie aux calamités naturelles – cyclone, tremblement de terre et tsunami. Lorsque ces calamités touchent l’île, il y a disparition de plusieurs personnes et certains habitants éprouvent le besoin de remplacer les personnes disparues par d’autres.

Ainsi, la famille qui a perdu un membre important s’arrange tacitement avec un individu, choisit au hasard, pour être reconnu et occuper cette place restée vide. Cet individu, par attente mutuelle, est reconnu comme étant ce zombi, cette personne disparue.
On s’efforce même par toutes sortes de pratiques, de faire ressembler cette personne à la personne disparue et enseveli. Par exemples, des fausses cicatrices lui sont faites pour ressembler au disparu ou encore, on lui inculque des souvenirs et des histoires du disparu. Toutes ces pratiques ont une seule finalité, de ne pas éveiller des soupçons de certains membres de la famille ou des proches.