Définition du fascisme

Qu'est-ce que le fascisme ?

Le Fascisme est un régime dictatorial qui a vu le jour en Italie. Ce mot vient de l’italien “fascio”, qui fait référence à une "alliance" ou à une "fédération".

À son origine, le fascisme était un mouvement politique créé par Benito Mussolini le 23 mars 1919. À ses débuts, le fascisme était composé d'unités de combat, en italien “fasci di combattimento”.

Le fascisme devient parti politique en 1921. Depuis lors, le mot "fasciste" est utilisé pour désigner une doctrine politique aux tendances autoritaires, anticommunistes et anti-parlementaires, qui défend l'autosuffisance exclusive de l'État et de ses intérêts. C'est un mouvement antilibéral, qui agit contre les libertés individuelles.

Le fascisme est différent des dictatures militaires parce que son pouvoir est enraciné dans des organisations de masse et il a une autorité centralisée. La plupart de ses membres sont issus de la classe ouvrière et de la petite bourgeoisie rurale et urbaine, c'est-à-dire ceux qui sont menacés par le lobby capitaliste et le syndicalisme communiste.

Lorsqu'un régime fasciste s’établit au pouvoir, il accepte la présence de grands capitaux et s’impose de manière disciplinaire. Il empêche les organisations de travailleurs (les syndicats) de défendre la cause des classes sociales et restreint la liberté des partis politiques.

Le fascisme est une réaction contre le mouvement démocratique né de la Révolution française, il s’oppose aussi fortement aux conceptions libérales et socialistes.

Le fascisme a commencé à être utilisé vers le début de la seconde moitié des années 30 pour désigner à la fois les régimes directement liés à l’axe Rome-Berlin et ses alliés, c'est-à-dire les pays qui ont signé un accord avec l’Allemagne Nazi et l’Italie fasciste en 1936 ainsi que tout autre régime autoritaire qui donnent à l’État des fonctions allant au-delà de celles que les régimes démocratiques lui donneraient. Tel était le cas à l’époque des régimes "fascistes" espagnol, brésilien, turc, portugais, entre autres.

Avec la chute des principaux États fascistes en 1945 et la diffusion des atrocités commises par ces régimes, le mouvement fasciste a perdu sa popularité et sa capacité de mobilisation. En dépit de cela, certains groupes minoritaires sont restés dans les anciens États fascistes : le néofascisme.

Origine du fascisme

Le fascisme tire son origine dans la situation de crise créée après la Première Guerre mondiale et dans la croissance absorbante du mouvement communiste. Les révolutions, les guerres civiles et les crises économiques ont poussé l'Italie (et d'autres pays tels que la Roumanie, la Turquie, l'Autriche et l'Allemagne) à former des groupes fascistes.

Mussolini et le fascisme en Italie

En Italie, Mussolini, ancien socialiste et militaire, a pris le pouvoir après la "marche sur Rome" du 28 octobre 1922. La chambre a accordé les pleins pouvoirs au Duce (lider) et les fascistes ont peu à peu occupé les postes clefs de l'État. Le député socialiste Matteoti a dénoncé la corruption et la violence fascistes et il a été assassiné peu de temps après.

L'opposition a quitté le Parlement et Mussolini a profité de la crise pour créer un État totalitaire en janvier 1925. Il interdit les partis politiques et les syndicats non-fascistes. Avec la signature du Pacte d’acier (25 mai 1939), le Duce s’allia avec l’Allemagne nationale-socialiste, amenant l’Italie à intervenir dans la Seconde Guerre mondiale.

Mussolini
Benito Mussolini

Fascisme et nazisme

Bien que souvent considérés comme des synonymes, le fascisme et le nazisme sont deux différents. Le nazisme est souvent considéré comme une forme du fascisme, mais le mouvement nazi a identifié une race supérieure (la race aryenne) et a tenté d'éliminer les autres races afin de créer une prospérité pour l'État.

La ressemblance entre ces deux régimes se situe au niveau de la grande popularité qu'ils ont acquise parmi les membres de la classe ouvrière. Cette popularité vient du fait qu’ils ont créé des mesures de soutien à leur faveur, ils ont notamment créer des emplois, tel est le cas du nazisme.