Définition du classicisme

Qu'est-ce que le classicisme ?

Le classicisme est un courant esthétique regroupant les œuvres littéraires et artistiques qui se sont inspirées de chefs-d’oeuvres de l’Antiquité gréco-latine. Dans la littérature française, le classicisme désigne l’ensemble des traits caractéristiques spécifiques aux œuvres littéraires produites dans des années 1960 à 1685.

Le classicisme est étroitement lié au règne de Louis XIV, car bien qu'il soit au pouvoir depuis 1643, Louis XIV exerce effectivement le pouvoir qu'à partir de 1661 et se sert des arts pour asseoir son pouvoir. Il se sert de l'art comme instrument de propagande politique. Ils incitent les artistes à produire des oeuvres notamment littéraires pour servir indiscrètement à sa politique. Il se sert par exemple du théâtre pour distraire le peuple dans une période de difficultés économiques.

Étymologie du mot classicisme

Classicisme provient du latin “classicus” de la première classe. Au XVIIe siècle, on a des évidences de l’utilisation du mot classique pour désigner les auteurs étudiés à l’école, implicitement des modèles.

C’est au XIXe siècle que le mot classicisme est utilisé pour désigner les œuvres littéraires et artistiques de l’Antiquité et celles du XVIIe siècle en particulier. Mais dans l’histoire de la littérature française le classicisme s’utilise beaucoup plus pour désigner les œuvres littéraires produites entre 1660 et 1685. Ces auteurs de ces œuvres présentent un idéal commun : atteindre la beauté des œuvres de l’Antiquité, considérées comme des modèles.

Fondement du classicisme

Le classicisme repose sur certaines règles de l’esthétique et de la morale comme la clarté dans le style, le vouloir faire comme les auteurs antiques, le désir de plaire et d'instruire en même temps et la sobriété.

Caractéristiques du classicisme

Les œuvres issues du classicisme se caractérisent par la pureté du langage, l’accent mis sur la raison, le désir d’imiter et de réinventer les œuvres antiques, le désir plaire et instruire. Ces traits caractéristiques se retrouvent dans les différentes œuvres littéraires notamment celles de Lafontaine et de Molière.

Le désir d’imiter et de réinventer les œuvres antiques

Les auteurs classiques désirent imiter les œuvres antiques, mais pas à n’importe quel prix, il base leur imitation à la raison. Ils veulent réinventer les œuvres antiques, c’est-à-dire, ils recherchent le naturel dans des œuvres antiques, donnant l’impression d’un équilibre entre le fond et la forme, mais également l’usage d’une écriture simple.

Les auteurs classiques veulent produire un contenu naturel, évitant de choquer le public. Ainsi, les faits racontés doivent se ressembler à la réalité. Il n’est pas non plus question de représenter la réalité ou la vérité mais, il faut le faire de manière à ne pas choquer les bonnes moeurs, c’est-à-dire veiller sur la morale, les relations sociales et utiliser un langage clair et simple.

La pureté du langue

On est au XVIIè siècle, la France est caractérisée par un multilinguisme et des parlés Français à accents très régionaux quoique le français vînt de s’affranchir du latin. Le français n’a pas encore un usage uniforme de la langue. Il y a donc le besoin de fixer son bon usage et le perfectionner.

Le bon usage et perfectionnement arrivent pendant la période des auteurs classiques, Durant cette période Vaugelas publie les Remarques sur la langue française de 1647. Ménage publie les Observations sur la langue française (1672). Richelet publie le dictionnaire de la langue française (1680). Furetière publie le dictionnaire de la langue française (1690) et les académiciens publient également leur premier dictionnaire en 1694.

Cette période est également caractéristique par la fondation de l’Académie française en 1635 par Richelieu, pour fixer et assurer le perfectionnement de la langue française.

L’accent mis sur la raison

Les auteurs classiques veulent être rationnels, soumettre à leur public des œuvres qui les amène à une réflexion profonde sur la vie quotidienne et en tiré des leçons. Ce rationalisme inspira plus tard les philosophes des Siècles des Lumières.

Les auteurs classiques veulent également un certain équilibre entre les différentes tendances littéraires opposées de l’époque. Ils s'opposent à ce qu'ils qualifient de littérature baroque, c’est-à-dire une littérature qui ne rentre pas dans la façon de penser et d’agir des auteurs du classicisme.

Le désir de plaire et d’instruire

On peut lire dans les œuvres classiques, le désir de plaire, de satisfaire et d'instruire le public. Par exemple, dans les œuvres de Molière, on peut voir le désir de présenter des situations sociales réelles pour amener le public à un raisonnement et en tirer les leçons.

Les auteurs classiques

Parmi les auteurs qui ont porté le flambeau du classicisme dans la littérature, on peut citer :

Nicolas Bloileau (1635 - 1711)
Madame de Villedieu (1640 - 1683)
Molière (1622 - 1673)
Pierre Corneille (1606 - 1684)
Jean de la Bruyère (1645 - 1696)
Blaise Pascal (1623 - 1662)
Madame de la Fayette (1634 - 1693)
Jean de la Fontaine (1621 - 1695)
Jean Racine (1639 - 1699)

Parmi les classiques de la peinture, on peut citer :

Charles Le Brun (1619 - 1690)
Claude Lorrain (1600 - 1682)
Domenico Zampreri (1581 - 1641)
Gaspard Dughet (1613 - 1675)
Georges de la Tour (1593 - 1652)
Guido Reni (1575 - 1642)
Laurent de la Hyre (1606 - 1656)
Nicolas Poussin (1594 - 1665)
Pierre Patel (1648 - 1676)
Pierre Antoine Patel (1648 - 1707)
Sébastien Bourdon (1616 - 1671)